Facebook Twitter Google+ Viadeo
Home > Kaciléo#magRH

3 questions que ne devrait jamais poser un “leader”

08 Oct 2014
Diversité

Poser des questions est évidemment un précieux outil pour n’importe quel manager.

Poser les “bonnes questions” peut aider les managers à anticiper les changements, calibrer les opportunités, réorganiser, etc…

Mais toutes les questions ne sont pas bonnes, car si elles peuvent motiver, rassurer les équipes, elles peuvent aussi être faites ou vécues comme des reproches, elles peuvent être anxiogènes et démotiver les collaborateurs.

« Nous vivons dans un monde créé par nos questions »

dit David Cooperrider, professeur au Case Western Reserve University et pionnier de “Appreciative Inquiry”.
Il défend que les questions qui se centrent sur les forces (de l’autre) et utilise un langage positif sont très largement plus dynamisante que celles qui zooment sur les faiblesses.

Alors quelles sont les questions à ne pas poser ?

 

Selon Cooperrider et d’autres “leaders” on peut identifier 5 questions, somme toute relativement communes, qui sont fréquemment posées par des managers et qui sont très contreproductive.

Pourtant avec quelques petites modifications, les mêmes questions pourraient être utilisées pour motiver les équipes, plutôt que de les décourager.

Quel est le problème ?

Les managers se reconnaîtront dans les questions qui suivent :

  • “Quel est le problème”?
  • “Qu’est-ce qui ne va pas ?”
  • “Qu’est-ce qui est casé?”
  • « De quoi avez-vous peur ? »

Ce sont les questions qui débutent 80% des réunions. dit Cooperrider.

Si vous posez ce type de questions tout le monde est concentré sur les problèmes exprimés ou supposés, plutôt que sur les forces, les opportunités.

Au lieu de questionner sur ce qui va mal, il est toujours plus malin de faire le pari du positif et des objectifs.

  • Qu’est-ce que nous faisons de bien ?
  • Comment capitaliser là-dessus ?
  • Quel est le résultats attendu et comment s’en rapprocher?

C’est la faute de qui ?

Cette question centre l’attention sur un coupable alors qu’il y a toujours plein de causes souvent systémiques qui conduisent à une situation.

Keith Yamashita of the SY Partners consultancy nous dit que quand un manager demande “qui est responsable” il souhaite en fait, excuser les autres. Une meilleure approche consisterait à demander :

  • “Comment pouvons-nous travailler ensemble pour consolider nos faiblesses ?
  • “Pourquoi ne le faite-vous pas plutôt comment ça?”

Cette question peut ressembler à une suggestion, mais quand elle est posée par le manager c’est clairement une question tendancieuse, une façon d’imposer son avis aux autres.

C'est une autre façon de dire : « Mais pourquoi pensez-vous que ça va fonctionner, puisqu’on ça n’a pas marché la première fois ?”

En fait, ici c’est le ton avec lequel le manager pose cette question qui est important. Ce type de questions peut très vite être exprimé et ressenti comme condescendante et défaitiste.

Ça laisse penser que tout a déjà été pensé, et ce n’est pas parce que quelque chose a déjà été fait qu’il ne faut pas essayer de nouveau, parce que le moment, les conditions, le marché ont changé…..

Alors préférez : « Nous avons déjà essayer, qu’est-ce qui peut être diffèrent aujourd’hui qui pourraient changer les résultat » ?

Pour Mary Jo Asmus (Expert en leadership -Aspire Collaborative Services-) poser des questions tendancieuse de ce type est clairement une forme de prise de contrôle sur l’autre. Dans tous les cas il vaut mieux aider les autres à définir ou affirmer leurs propres idées et modes d’approches.

Utiliser donc, de préférence, des questions de ce type :

  • « Qu’est-ce qui vous a fait décider de travailler de cette façon ? »
  • « Qu’est-ce que vous avez en tête ? »
  • " Est-ce qu’on a pas déjà essayé de faire comme ça ? "

Vous avez quoi comme iPad ?

Le consultant Dev Patnaik de l’association Jump explique que les questions du type : « Pourquoi vous n’avez pas inventé un truc comme ça ? » ont tendance à être pose par un patron affolé par le nouveau produit d’un concurrent.

Le problème avec ces questions c’est qu’elles poussent les équipes à être des suiveurs, elles peuvent les conduire à penser que leur travail est d’imiter ce que le concurrent fait, et aussi rapidement que possible.

Alors, mieux vaut poser des questions comme :

  • « Pourquoi notre concurrent a-t-il du succès avec ce produit » ?
  • « Quel besoin satisfait-il » ?
  • « Comment pourrions-nous utiliser nos forces pour faire un encore meilleur travail en respectant les besoins des clients » ?

En bref, évitez des questions "qui donne l'impression que vous parlez à un enfant" dit Kessler de Vistage et "ne posez Jamais une question si vous ne voulez pas de réponse."

Source : Warren Berger

Commenter

CAPTCHA ImageRenouveler le codeActiver le code de sécurité
Facebook Twitter Google+ Viadeo
Articles de blog récents
De plus en plus d’entreprises, généralement des start-up, adoptent un dress code plus décontracté. Un atout  tant commercial que salarial. Fini le traditionnel costume/cravate. Nombreux sont les patrons à adopter un look plus décontracté. Un changement d’image est un atout de vente et... de recrutement. Cette tendance, tout droit venue des Etats-Unis avec des entreprises telles que Google, Apple et autres Airbnb, gagne du terrain en France. Les « trublions du goût », Michel & Augustin, est l’une des premières start-up françaises à avoir arboré un look
20 Nov 2014
7481 consultations | 0 réponses
Je viens de lire l’article sur l’évolution de la fonction RH, intitulé : Pourquoi les RH d’aujourd’hui n’ont pas les compétences pour demain ? Il s’en suit une démonstration qui conclue que les fonctions RH ne sont pas à la hauteur de la tâche hautement stratégique qu'elles devront servir. Ce message je l'entends depuis toujours (25 ans) et la conclusion est toujours la même: mais enfin, mais comment c'est possible, ils n'y arrivent pas ! on va donc devoir se passer d'eux, à moins qu'ils ne changent et qu'ils intègrent les nouvelles technologies (ici le numérique,
12 Nov 2014
6794 consultations | 0 réponses
J'ai récemment été chercher un ami à l'aéroport, et dès qu’il me voit, il me dit avec enthousiasme : « Je viens de rencontrer, dans l’avion, la plus belle femme de la planète! » - « Jolie » ? « Elle s’appelle comment ? »  -- « En fait, je ne suis plus très sure…. »  - « Ok, qu’est-ce qu’elle fait dans la vie ? »  -- « Je ne me souviens pas » J'ai continué à poser des questions sur ce mystère « plus belle femme de la planète » jusqu'à ce que mon ami admette qu’en fait, il ne se rappelait pas franchement de la conversation et que,
12 Nov 2014
5541 consultations | 0 réponses
Toujours d'après la conférence du philosophe André Comte-Sponville (relayée sur le site de Maestrio) qui me plait décidemment beaucoup ... Et que je relaye à mon tour. " Les patrons me parlent de la baisse, voire de la disparition de la valeur du travail, notamment, chez les jeunes. Ce que je leur réponds alors, c'est que ce sont ces jeunes qui ont raison : Le travail n'est pas une valeur morale, c'est pourquoi il doit avoir un sens ! Lorsque j'ai écrit "Petit traité des grandes vertus" certains chefs d'entreprise sont venus me voir en me reprochant de ne pas y avoir inclus un
03 Nov 2014
12632 consultations | 0 réponses
C'est sur cette introduction que débute la conférence du philosophe André Comte-Sponville (relayée sur le site de Maestrio) auprès des étudiants d'Audencia -Nantes "Vous allez faire un métier très difficile puisque votre métier c'est ...de faire travailler les autres. Or, posez-vous la question : combien parmi vos collaborateurs (ou futurs collaborateurs) continueraient à travailler pour vous si, comme ce pizzaiolo récemment, ils gagnaient 60 millions d'Euros au loto ? Tendanciellement, la réponse est proche de zéro". Le travail est donc vécu comme une contrainte". Votre
03 Nov 2014
7721 consultations | 0 réponses
D'après l'interview de Tancrède Blondé. Apple et Facebook vont offrir la congélation des ovocytes aux employées qui le souhaitent. Une initiative qui intéresse forcément les femmes entrepreneurs (???) Choisir, le nombre, l’heure. Pour la première fois, deux grandes sociétés, Apple et Facebook, vont proposer le remboursement des frais médicaux aux salariées qui souhaiteraient congeler leurs cellules reproductrices. Une initiative qui ne peut pas laisser insensibles les entrepreneures, bien souvent obligées de jongler entre les agendas familiaux et professionnels. «
22 Oct 2014
13061 consultations | 0 réponses
Kaciléo, comme certains autres recruteurs propose des entretiens via Skype et maintenant via un nouvel outil de vidéo en ligne. Ça vous surprend et ça vous dérange « tout de même un petit peu »….. On sait ! C’est moins facile et moins convivial que des entretiens en face à face, c’est certain, mais tellement plus simple si vous ne pouvez pas vous déplacer facilement. Mais ne vous « en faites pas » respectez certaines règles et tout se passera bien. (Soit dit en passant c’est compliqué aussi pour le recruteur). Et surtout préparez cet entretien qui suppose d’être
20 Oct 2014
7250 consultations | 0 réponses
Warren Berger, auteur de : A More Beautiful Question: The Power of Inquiry to Spark Breakthrough Ideas, a étudié des centaines de grands innovateurs du monde, des entrepreneurs et des penseurs créatifs pour apprendre comment ils posent des questions, des idées originales, et résoudre les problèmes. Ses écrits et ses recherches sur les questions et l'innovation est apparu dans Fast Company, Harvard Business Review, et Wired. Son livre précédent, Glimmer, était une analyse en profondeur de la pensée créative qui a été nommée l'une des Business Week "Meilleure Innovation &
16 Oct 2014
6857 consultations | 0 réponses