Facebook Twitter Google+ Viadeo
Home > Kaciléo#magRH

Vous y croyez, vous, au partage et à la collaboration ?

18 Nov 2013
Diversité

La problématique de la coopération et du partage des connaissances ne saurait, faire l’impasse sur la dimension psychologique et affective des relations professionnelles.

En d’autres termes,

la connaissance est une notion intimement liée à l’humain, ses modes de représentations, ses désirs et ses tabous.

Certains, pour pallier à cette difficulté et à ses aspects irrationnels, tentent de rassembler les divergences entre les hommes autour d’une convergence d’intérêt qui leur seraient communs.

La logique de communautés d’intérêts, qu’elle soit structurée autour de réseaux, de pratiques professionnelles ou de projets « coopétitifs » par exemple, est naturellement plus susceptible de favoriser une logique de partage et de coopération qu’une simple invitation gratuite à donner son savoir.

La reconnaissance par les pairs et la proximité avec les centres d’intérêts effectifs sont évidemment, dans cette optique, des atouts réels.

Mais croire que réunir des personnes qui partagent un même centre d’intérêt suffit à les inciter à partager ce qui fait leur pouvoir individuel semble encore naïf.

Les expériences menées de la sorte ne donnent que des résultats limités, portant sur des connaissances plus génériques que stratégiques, car une connaissance reste stratégique tant qu’elle procure un avantage compétitif significatif à celui qui la détient, elle devient obsolète – du moins à titre individuel – dès qu’elle est partagée.

C’est donc bien une question de motivation individuelle qui se pose. Certes, « il faut donner pour recevoir »… mais qui commence ?

Les communautés présentent des taux de participation certainement plus élevés, mais les règles habituelles seront constatées : ce sont toujours les mêmes qui contribueront.

En d’autres termes, elles modifieront de façon significative la qualité des contributions individuelles plus qu’elles ne règleront l’épineuse question de l’intérêt individuel à partager son propre savoir.

C’est une certaine évolution de mentalité qu’il faut ici envisager, en passant d’une notion de « connaissances partagées » à une notion « d’intelligence collective », si tant est que l’on précise de quoi il s’agit.

C’est un enjeu majeur pour les entreprises, et sans doute une des missions les plus sensibles pour la Gestion des Ressources Humaines.

L’interaction entre les individus stimule leur intelligence

Ce qu’il faut comprendre pour avancer vers une résolution de cette difficulté, c’est que l’interaction entre les individus stimule leur intelligence, l’information et la communication sont des moteurs d’intelligence.

Le management des connaissances n’existe que là où les pratiques d’information et de communication, qu’elles soient anciennes ou nouvelles, permettent cette fécondation mutuelle.

Parler d’intelligence collective peut trouver un sens dans cette seule mesure.

La connaissance comme « savoir possédé » est statique. L’intelligence est mobilité, adaptation permanente du savoir, évolution de la connaissance.

« Il y a plus d’idées dans plusieurs têtes que dans une seule », dit un dicton souvent invoqué, ce qui semble réduire la créativité à une notion de cumul quantitatif… et l’intelligence à un enrichissement culturel mutuel, ce qui est loin d’être le cas !

Et de fait, nombreux sont ceux qui confondent l’érudition avec la culture, et la culture avec l’intelligence.

Nombreux sont ceux – même parfois, d’ailleurs, du haut de chaires illustres – qui compensent la faiblesse de leur compréhension par une certaine extension de leur savoir ou par une bonne maîtrise de leur mémoire.

Or si les Technologies de l’Information et de la Communication montrent précisément, une chose, c’est qu’il est inutile d’encombrer notre mémoire organique d’une foule de données et d’informations…

Si nous savons où et comment aller les chercher, et qu’elles sont disponibles en tout point du globe 24H/24, dans des délais n’excédant pas quelques minutes, voire quelques secondes !

Au contraire, profitons-en pour libérer davantage les ressources de notre intelligence, comme l’évoque Lao Tseu dans une image très juste :

« Murs, portes et fenêtres forment la maison. Mais seul le vide de la chambre, son espace intérieur, permet d’y habiter ».

La capitalisation des connaissances : une ouverture de l’intelligence au service du collectif

La capitalisation des connaissances n’est pas un « réservoir commun » des savoirs, c’est une ouverture de l’intelligence, un développement de la connaissance individuelle… au service du collectif.

Dès lors, la question du rapport entre savoir et pouvoir ne se pose plus de la même manière :

  • Pourquoi aurions-nous la crainte de perdre notre pouvoir en partageant nos connaissances, si notre intelligence s’en trouve fécondée, et par là plus créatrice ?
  • Le vrai pouvoir réside-t-il plus dans le savoir acquis ou dans la créativité ? A-t-on davantage intérêt à thésauriser un savoir statique qu’à décupler sa connaissance de façon dynamique ?

Car c’est aujourd’hui la manière d’exploiter une connaissance, de l’interpréter, d’en extraire tous les potentiels, de relier de multiples informations, contextes et environnement qui est vraiment stratégique, et non la simple possession cumulée de données acquises.

Pour le dire autrement : tout le monde peut tout savoir, ce n’est pas ça qui rendra tout le monde intelligent. Il n’y a donc pas tant de crainte à avoir de partager son savoir.

Sources : RHinfo.com - Patrick Bouvard

 

Commenter

CAPTCHA ImageRenouveler le codeActiver le code de sécurité
Facebook Twitter Google+ Viadeo
Articles de blog récents
De plus en plus d’entreprises, généralement des start-up, adoptent un dress code plus décontracté. Un atout  tant commercial que salarial. Fini le traditionnel costume/cravate. Nombreux sont les patrons à adopter un look plus décontracté. Un changement d’image est un atout de vente et... de recrutement. Cette tendance, tout droit venue des Etats-Unis avec des entreprises telles que Google, Apple et autres Airbnb, gagne du terrain en France. Les « trublions du goût », Michel & Augustin, est l’une des premières start-up françaises à avoir arboré un look
20 Nov 2014
12568 consultations | 0 réponses
Je viens de lire l’article sur l’évolution de la fonction RH, intitulé : Pourquoi les RH d’aujourd’hui n’ont pas les compétences pour demain ? Il s’en suit une démonstration qui conclue que les fonctions RH ne sont pas à la hauteur de la tâche hautement stratégique qu'elles devront servir. Ce message je l'entends depuis toujours (25 ans) et la conclusion est toujours la même: mais enfin, mais comment c'est possible, ils n'y arrivent pas ! on va donc devoir se passer d'eux, à moins qu'ils ne changent et qu'ils intègrent les nouvelles technologies (ici le numérique,
12 Nov 2014
10838 consultations | 0 réponses
J'ai récemment été chercher un ami à l'aéroport, et dès qu’il me voit, il me dit avec enthousiasme : « Je viens de rencontrer, dans l’avion, la plus belle femme de la planète! » - « Jolie » ? « Elle s’appelle comment ? »  -- « En fait, je ne suis plus très sure…. »  - « Ok, qu’est-ce qu’elle fait dans la vie ? »  -- « Je ne me souviens pas » J'ai continué à poser des questions sur ce mystère « plus belle femme de la planète » jusqu'à ce que mon ami admette qu’en fait, il ne se rappelait pas franchement de la conversation et que,
12 Nov 2014
9500 consultations | 0 réponses
Toujours d'après la conférence du philosophe André Comte-Sponville (relayée sur le site de Maestrio) qui me plait décidemment beaucoup ... Et que je relaye à mon tour. " Les patrons me parlent de la baisse, voire de la disparition de la valeur du travail, notamment, chez les jeunes. Ce que je leur réponds alors, c'est que ce sont ces jeunes qui ont raison : Le travail n'est pas une valeur morale, c'est pourquoi il doit avoir un sens ! Lorsque j'ai écrit "Petit traité des grandes vertus" certains chefs d'entreprise sont venus me voir en me reprochant de ne pas y avoir inclus un
03 Nov 2014
22152 consultations | 0 réponses
C'est sur cette introduction que débute la conférence du philosophe André Comte-Sponville (relayée sur le site de Maestrio) auprès des étudiants d'Audencia -Nantes "Vous allez faire un métier très difficile puisque votre métier c'est ...de faire travailler les autres. Or, posez-vous la question : combien parmi vos collaborateurs (ou futurs collaborateurs) continueraient à travailler pour vous si, comme ce pizzaiolo récemment, ils gagnaient 60 millions d'Euros au loto ? Tendanciellement, la réponse est proche de zéro". Le travail est donc vécu comme une contrainte". Votre
03 Nov 2014
13163 consultations | 0 réponses
D'après l'interview de Tancrède Blondé. Apple et Facebook vont offrir la congélation des ovocytes aux employées qui le souhaitent. Une initiative qui intéresse forcément les femmes entrepreneurs (???) Choisir, le nombre, l’heure. Pour la première fois, deux grandes sociétés, Apple et Facebook, vont proposer le remboursement des frais médicaux aux salariées qui souhaiteraient congeler leurs cellules reproductrices. Une initiative qui ne peut pas laisser insensibles les entrepreneures, bien souvent obligées de jongler entre les agendas familiaux et professionnels. «
22 Oct 2014
17680 consultations | 0 réponses
Kaciléo, comme certains autres recruteurs propose des entretiens via Skype et maintenant via un nouvel outil de vidéo en ligne. Ça vous surprend et ça vous dérange « tout de même un petit peu »….. On sait ! C’est moins facile et moins convivial que des entretiens en face à face, c’est certain, mais tellement plus simple si vous ne pouvez pas vous déplacer facilement. Mais ne vous « en faites pas » respectez certaines règles et tout se passera bien. (Soit dit en passant c’est compliqué aussi pour le recruteur). Et surtout préparez cet entretien qui suppose d’être
20 Oct 2014
11883 consultations | 0 réponses
Warren Berger, auteur de : A More Beautiful Question: The Power of Inquiry to Spark Breakthrough Ideas, a étudié des centaines de grands innovateurs du monde, des entrepreneurs et des penseurs créatifs pour apprendre comment ils posent des questions, des idées originales, et résoudre les problèmes. Ses écrits et ses recherches sur les questions et l'innovation est apparu dans Fast Company, Harvard Business Review, et Wired. Son livre précédent, Glimmer, était une analyse en profondeur de la pensée créative qui a été nommée l'une des Business Week "Meilleure Innovation &
16 Oct 2014
11068 consultations | 0 réponses