Facebook Twitter Google+ Viadeo
Home > Kaciléo#magRH

Ces atypiques qui font tant de bien…Mais si peu d’adeptes !

02 Sep 2014
Diversité

Je viens de lire un ancien article dans les échos sur une étude relative aux « managers atypiques » et leur contribution réelle et potentielle sur les organisations, avec un sous-titre auquel j’adhère totalement : « Intégrer avec succès des managers atypiques, est nécessaire pour faire face aux défis des entreprises ! »

et je me laisse donc aller à quelques réflexions autour de ce sujet, d’autant que je me sens particulièrement concernée…

A l’ère des discours sur la diversité dans les grandes organisations, où le « clonage » est de mise, beaucoup revendiquent cette recherche d’atypisme, mais peu parviennent à intégrer ce type de profil.

Pourquoi ?

  • Essentiellement parce qu’elles n’en veulent pas, parce ce que la caste les rejette, car elle ne reconnait pas chez eux les mots, les phrases, les attitudes, les idées tellement partagées qu’elles en deviennent des idées reçues, qui attestent de l’appartenance au groupe et se sent donc en danger de remise en cause, ou d’inconfort.

 

  • Parce que les modes de travail récurrents des équipes d’encadrement (réunions diverses, discours autour des situations,…) sont peu compatibles avec les atypiques, souvent plus mobiles, plus adaptables et moins systématiques.

 

  • Parce que ces organisations se sont structurées à « tous les étages » pour limiter le « risque humain ». Ors la différence, c’est l’inconnu et l’inconnu est un risque.

    Elle attire donc les mêmes types de personnes, issues des mêmes types de formation, avec souvent le même type de pensée. Ce qui tombe bien, puisque ces personnes, dites "futurs collaborateurs", viennent chercher cette image d’entreprise, cette norme qui atteste d’un standard de qualité professionnelle (méthode de travail, mode de pensée, croyances, etc…) tant recherché sur le marché…… et c’est comme ça que le chat se mord la queue (le chien aussi).

 

  • Parce que, au final, c’est bien compliqué à gérer ces atypiques et que finalement ça ne fonctionne pas si mal comme ça !

L'atypique bouleverse les process et heurte les égos

Intégrer des managers atypiques suppose de laisser une liberté de méthode, de champ d’actions et de comportements qui heurte les égos, bouleverse les process managériaux érigés en dogmes, s’oppose à la norme comportementale et sociale générée de facto par toute organisation.

Et au final fait craindre l’accumulation de comportements et méthodes individuelles, là où l’entreprise prône le jeu collectif, partant du principe que la rigueur organisationnelle et comportementale est la solution qui évitera le mieux la multiplication des erreurs humaines.

Ce n’est pas pour rien que ces atypiques ont plus de chance d’évoluer dans des structures en phase pionnière, mais on beaucoup moins de chance d’évoluer dans des grandes organisations œuvrant sur des marchés bien structurés et mature.

Ce n’est pas pour rien qu’en période de déstabilisation ou de chute de chiffre la demande de héros du business s’accroit.

Le manager atypique est peu influencé par l’ADN de l’organisation qui l’emploie

Le manager atypique voit mieux qu’un autre ce qui va faire la différence ou ce qui risque d’échouer. Car, moins qu’un autre, il est influencé par l’ADN de l’organisation qui l’emploie, ADN au demeurant souvent inconscient et mal défini mais au cœur de tant de décisions stratégiques.

Malheureusement pour eux, et contrairement à la diversité, la gestion de l’atypisme ne joue pas un rôle important pour l’image des organisations, elle "ne joue qu’un rôle" dans leur capacité à se renouveler, à se régénérer constamment. Et ça, ce n'est pas si important quand une entreprise "va bien".

C’est la raison pour laquelle, Intégrer des atypiques est et ne peut être qu’une décision stratégique Elle ne PEUT PAS ETRE une décision du collectif, une décision spontanément partagée, c’est la décision du dirigeant.

En effet, l’entreprise n’a pas, même si elle le voulait (et j’en doute), la capacité à prendre et mettre en œuvre cette orientation. De plus, les cultures d’entreprise sont très puissantes et digèrent ou rejettent très rapidement le non conforme.

Les atypiques ne sont aujourd’hui nulle part ou presque, les bienvenus !

MLB pour Kaciléo 

Plus d'info sur l'étude

Commenter

CAPTCHA ImageRenouveler le codeActiver le code de sécurité
Facebook Twitter Google+ Viadeo
Articles de blog récents
De plus en plus d’entreprises, généralement des start-up, adoptent un dress code plus décontracté. Un atout  tant commercial que salarial. Fini le traditionnel costume/cravate. Nombreux sont les patrons à adopter un look plus décontracté. Un changement d’image est un atout de vente et... de recrutement. Cette tendance, tout droit venue des Etats-Unis avec des entreprises telles que Google, Apple et autres Airbnb, gagne du terrain en France. Les « trublions du goût », Michel & Augustin, est l’une des premières start-up françaises à avoir arboré un look
20 Nov 2014
12806 consultations | 0 réponses
Je viens de lire l’article sur l’évolution de la fonction RH, intitulé : Pourquoi les RH d’aujourd’hui n’ont pas les compétences pour demain ? Il s’en suit une démonstration qui conclue que les fonctions RH ne sont pas à la hauteur de la tâche hautement stratégique qu'elles devront servir. Ce message je l'entends depuis toujours (25 ans) et la conclusion est toujours la même: mais enfin, mais comment c'est possible, ils n'y arrivent pas ! on va donc devoir se passer d'eux, à moins qu'ils ne changent et qu'ils intègrent les nouvelles technologies (ici le numérique,
12 Nov 2014
10994 consultations | 0 réponses
J'ai récemment été chercher un ami à l'aéroport, et dès qu’il me voit, il me dit avec enthousiasme : « Je viens de rencontrer, dans l’avion, la plus belle femme de la planète! » - « Jolie » ? « Elle s’appelle comment ? »  -- « En fait, je ne suis plus très sure…. »  - « Ok, qu’est-ce qu’elle fait dans la vie ? »  -- « Je ne me souviens pas » J'ai continué à poser des questions sur ce mystère « plus belle femme de la planète » jusqu'à ce que mon ami admette qu’en fait, il ne se rappelait pas franchement de la conversation et que,
12 Nov 2014
9730 consultations | 0 réponses
Toujours d'après la conférence du philosophe André Comte-Sponville (relayée sur le site de Maestrio) qui me plait décidemment beaucoup ... Et que je relaye à mon tour. " Les patrons me parlent de la baisse, voire de la disparition de la valeur du travail, notamment, chez les jeunes. Ce que je leur réponds alors, c'est que ce sont ces jeunes qui ont raison : Le travail n'est pas une valeur morale, c'est pourquoi il doit avoir un sens ! Lorsque j'ai écrit "Petit traité des grandes vertus" certains chefs d'entreprise sont venus me voir en me reprochant de ne pas y avoir inclus un
03 Nov 2014
22430 consultations | 0 réponses
C'est sur cette introduction que débute la conférence du philosophe André Comte-Sponville (relayée sur le site de Maestrio) auprès des étudiants d'Audencia -Nantes "Vous allez faire un métier très difficile puisque votre métier c'est ...de faire travailler les autres. Or, posez-vous la question : combien parmi vos collaborateurs (ou futurs collaborateurs) continueraient à travailler pour vous si, comme ce pizzaiolo récemment, ils gagnaient 60 millions d'Euros au loto ? Tendanciellement, la réponse est proche de zéro". Le travail est donc vécu comme une contrainte". Votre
03 Nov 2014
13310 consultations | 0 réponses
D'après l'interview de Tancrède Blondé. Apple et Facebook vont offrir la congélation des ovocytes aux employées qui le souhaitent. Une initiative qui intéresse forcément les femmes entrepreneurs (???) Choisir, le nombre, l’heure. Pour la première fois, deux grandes sociétés, Apple et Facebook, vont proposer le remboursement des frais médicaux aux salariées qui souhaiteraient congeler leurs cellules reproductrices. Une initiative qui ne peut pas laisser insensibles les entrepreneures, bien souvent obligées de jongler entre les agendas familiaux et professionnels. «
22 Oct 2014
17855 consultations | 0 réponses
Kaciléo, comme certains autres recruteurs propose des entretiens via Skype et maintenant via un nouvel outil de vidéo en ligne. Ça vous surprend et ça vous dérange « tout de même un petit peu »….. On sait ! C’est moins facile et moins convivial que des entretiens en face à face, c’est certain, mais tellement plus simple si vous ne pouvez pas vous déplacer facilement. Mais ne vous « en faites pas » respectez certaines règles et tout se passera bien. (Soit dit en passant c’est compliqué aussi pour le recruteur). Et surtout préparez cet entretien qui suppose d’être
20 Oct 2014
12024 consultations | 0 réponses
Warren Berger, auteur de : A More Beautiful Question: The Power of Inquiry to Spark Breakthrough Ideas, a étudié des centaines de grands innovateurs du monde, des entrepreneurs et des penseurs créatifs pour apprendre comment ils posent des questions, des idées originales, et résoudre les problèmes. Ses écrits et ses recherches sur les questions et l'innovation est apparu dans Fast Company, Harvard Business Review, et Wired. Son livre précédent, Glimmer, était une analyse en profondeur de la pensée créative qui a été nommée l'une des Business Week "Meilleure Innovation &
16 Oct 2014
11207 consultations | 0 réponses