Facebook Twitter Google+ Viadeo
Home > Kaciléo#magRH

La fin du travail... même pour les plus qualifiés ?

08 Oct 2014
Recrutement

Quel est le risque que votre emploi soit automatisé dans les prochaines années ?

questionnait une récente étude réalisée par un économiste et un ingénieur d’Oxford et signalée par Martin Lassard sur Triplex.

Pour les auteurs, Carl Benedikt Frey et Michael Osborne, 47% des postes décrits dans les nomenclatures professionnelles traditionnelles (soit environ 702 professions analysées) sont susceptibles d’être remplacées par des machines, des formes d’automatisation logicielles ou robotiques.

Selon eux, cette évolution devrait se faire en deux temps,

  • la première touchant principalement le secteur des transports et de la logistique, les emplois de bureaux et d’administration et les fonctions de production.
  • Mais dans un second temps, l’automatisation devrait toucher des emplois dans les services, dans la vente et la construction notamment, du fait du développement de robots et logiciels capables de créativité et d’intelligence sociale

. Si “le travail humain devrait avoir encore longtemps un avantage comparatif dans les tâches qui requièrent des formes de manipulation et de "perception complexes”, pour les auteurs, les jobs qui nécessitent de développer de nouvelles idées sont à terme les moins susceptibles d’être affectés par l’informatisation, ce qui devrait être le cas pour les métiers :

  • du management,
  • les affaires,
  • la finance,
  • l’éducation,
  • la santé,
  • les arts
  • et les médias.

L’informatisation devrait surtout porter sur des emplois peu qualifiés.

Les chercheurs n’ont réalisé aucune estimation pour évaluer le nombre d’emplois touchés par l’automatisation dans les années à venir, mais ils concluent leur prédiction en expliquant que les employés peu qualifiés et les professions à bas salaires qui devraient être les plus touchées devront être réaffectés à des tâches qui ne sont pas sensibles à l’informatisation.

Mais est-il si sûr que l’automatisation n’affecte que les emplois les moins qualifiés ?

La généralisation de la déqualification

Certes, le déplacement de l’emploi du fait de l’automatisation n’est pas nouveau. Mais pourquoi tout le monde semble être d’accord pour laisser les machines prendre le relai ? interrogeait Nicholas Carr sur son blog il y a quelques mois.

Il y a quelque chose de profondément rassurant à l’idée que la technologie pousse les travailleurs à des occupations plus élevées.

Cela rassure nos inquiétudes sur la perte d’emplois et la baisse des salaires. “L’échelle de l’occupation humaine va toujours vers le haut, qu’importe la hauteur à laquelle nos machines grimpent, il y aura toujours un autre échelon pour nous”. Mais ne sommes-nous pas là face à un fantasme ? Le problème avec ce “mythe de l’échelle sans fin” repose sur le flou de la revendication…

  • Qu’est-ce qu’un travail de plus grande valeur ?
  • Est-ce une valeur pour l’employeur ? Pour l’employé ?
  • Est-ce une valeur en terme de productivité ? De profit ? De compétence ? De satisfaction ?…

Non seulement ces valeurs sont différentes, mais elles sont souvent en conflit, rappelle Nicholas Carr. Si l’automatisation peut améliorer le travail, le rendre plus stimulant et intéressant, une machine trop sophistiquée peut aussi générer de la déqualification, transformant un artisan compétent en opérateur de machine modérément qualifié.

Bien sûr, si l’automatisation réduit les besoins en compétence dans une profession, elle peut contribuer à la création de nouvelles catégories de travail.

C’est en tout cas ce que nous racontent les “mythologues de l’échelle sans fin”.

Mais les temps sont différents et les machines ont changé, estime Carr. Les robots logiciels peuvent désormais prendre en charge bien plus de travail que les machines des usines n’en étaient capables.

Les travailleurs de la connaissance sont eux-mêmes en train de se déqualifier, ressemblant de plus en plus à des opérateurs informatiques, estime Carr.

S’il y aura toujours de nouvelles découvertes permettant de concevoir de nouveaux produits et de nouveaux emplois, il n’y a aucune garantie que le déploiement des ordinateurs va ouvrir de vastes et nouvelles étendues d’emplois intéressants et bien rémunérés comme l’a fait le déploiement des machines d’usines.

Les mythologues de l’échelle sans fin attribuent à la technologie une volonté bienfaisante

qui nous libère des tâches difficiles et nous propulse dans un travail plus gratifiant.

Mais la technologie ne nous libère pas plus qu’elle nous propulse, rappelle Carr. Les gens qui les conçoivent sont surtout motivés par le désir de gagner de l’argent.

“Les emplois ont toujours été un sous-produit de la main invisible du marché, pas son but”.

Les plus grands bénéficiaires du mythe de l’échelle sans fin sont ceux qui ont acquis une énorme richesse par les effets de concentration engendrés.

Nous ne devrions en tout cas pas supposer que les machines ont l’intérêt des travailleurs au coeur, concluait-il.

Dans un billet plus récent, il revient à nouveau sur le mythe de l’échelle sans fin. Désormais, rappelle-t-il, les ordinateurs jouent un rôle nouveau dans les secteurs où l’on a besoin d’analyse et de décisions.

En lieu et place d’une “échelle sans fin”, nous pourrions désormais être confrontés à une “rampe descendante”, estime le professeur d’économie du MIT David Autor, qui parle aussi de polarisation.

Plutôt que de nous libérer des travaux les plus contraignants pour des travaux plus intéressants et plus stimulants, l’automatisation pourrait nous apporter demain tout le contraire !

Une érosion généralisée de l’employabilité depuis les années 2000

Dans le New York Times, Thomas Edsall revient sur une étude (.pdf) des économistes Paul Beaudry, David Green et Ben Sand qui mettent en avant une érosion généralisée de l’employabilité depuis les années 2000, quel que soit le niveau de compétence.

Si dans les 20 dernières années du XXe siècle nous avons connu un exode des emplois les moins qualifiés vers des emplois qualifiés et très qualifiés, la perte d’emploi se fait désormais dans tous les domaines de compétences.

Après deux décennies de croissance de la demande pour des professions nécessitant de hautes compétences cognitives, l’économie américaine a connu une baisse de la demande pour ces compétences". La demande pour des tâches cognitives était dans une large mesure le moteur du marché du travail américain avant 2000.

Mais, une fois ce moteur inversé, le taux d’emploi dans l’économie américaine a commencé à se contracter.” En fait, depuis les années 2000, la concurrence dans les emplois manuels peu qualifiés s’est accrue et les travailleurs plus qualifiés ont pris la place des moins qualifiés pour des emplois eux-mêmes moins qualifiés.

Edsall rapporte que deux autres études, l’une par Andrew Sum et l’autre par Lawrence Mishel, mettent également en évidence la montée de la déqualification.

Pour Andrew McAfee, le coauteur du Second âge des machines, c’est là une bien mauvaise nouvelle.

Pour Carr, c’est une preuve de plus qu’il faut remettre en question non seulement l’hypothèse que les avancées technologiques poussent les gens vers de meilleures qualifications, mais également l’idéologie même de la Silicon Valley tout entière pétrie de cette hypothèse.

Sources : lesechos.fr Par Hubert Guillaud

Commenter

CAPTCHA ImageRenouveler le codeActiver le code de sécurité
Facebook Twitter Google+ Viadeo
Articles de blog récents
De plus en plus d’entreprises, généralement des start-up, adoptent un dress code plus décontracté. Un atout  tant commercial que salarial. Fini le traditionnel costume/cravate. Nombreux sont les patrons à adopter un look plus décontracté. Un changement d’image est un atout de vente et... de recrutement. Cette tendance, tout droit venue des Etats-Unis avec des entreprises telles que Google, Apple et autres Airbnb, gagne du terrain en France. Les « trublions du goût », Michel & Augustin, est l’une des premières start-up françaises à avoir arboré un look
20 Nov 2014
8465 consultations | 0 réponses
Je viens de lire l’article sur l’évolution de la fonction RH, intitulé : Pourquoi les RH d’aujourd’hui n’ont pas les compétences pour demain ? Il s’en suit une démonstration qui conclue que les fonctions RH ne sont pas à la hauteur de la tâche hautement stratégique qu'elles devront servir. Ce message je l'entends depuis toujours (25 ans) et la conclusion est toujours la même: mais enfin, mais comment c'est possible, ils n'y arrivent pas ! on va donc devoir se passer d'eux, à moins qu'ils ne changent et qu'ils intègrent les nouvelles technologies (ici le numérique,
12 Nov 2014
7638 consultations | 0 réponses
J'ai récemment été chercher un ami à l'aéroport, et dès qu’il me voit, il me dit avec enthousiasme : « Je viens de rencontrer, dans l’avion, la plus belle femme de la planète! » - « Jolie » ? « Elle s’appelle comment ? »  -- « En fait, je ne suis plus très sure…. »  - « Ok, qu’est-ce qu’elle fait dans la vie ? »  -- « Je ne me souviens pas » J'ai continué à poser des questions sur ce mystère « plus belle femme de la planète » jusqu'à ce que mon ami admette qu’en fait, il ne se rappelait pas franchement de la conversation et que,
12 Nov 2014
6414 consultations | 0 réponses
Toujours d'après la conférence du philosophe André Comte-Sponville (relayée sur le site de Maestrio) qui me plait décidemment beaucoup ... Et que je relaye à mon tour. " Les patrons me parlent de la baisse, voire de la disparition de la valeur du travail, notamment, chez les jeunes. Ce que je leur réponds alors, c'est que ce sont ces jeunes qui ont raison : Le travail n'est pas une valeur morale, c'est pourquoi il doit avoir un sens ! Lorsque j'ai écrit "Petit traité des grandes vertus" certains chefs d'entreprise sont venus me voir en me reprochant de ne pas y avoir inclus un
03 Nov 2014
15728 consultations | 0 réponses
C'est sur cette introduction que débute la conférence du philosophe André Comte-Sponville (relayée sur le site de Maestrio) auprès des étudiants d'Audencia -Nantes "Vous allez faire un métier très difficile puisque votre métier c'est ...de faire travailler les autres. Or, posez-vous la question : combien parmi vos collaborateurs (ou futurs collaborateurs) continueraient à travailler pour vous si, comme ce pizzaiolo récemment, ils gagnaient 60 millions d'Euros au loto ? Tendanciellement, la réponse est proche de zéro". Le travail est donc vécu comme une contrainte". Votre
03 Nov 2014
8704 consultations | 0 réponses
D'après l'interview de Tancrède Blondé. Apple et Facebook vont offrir la congélation des ovocytes aux employées qui le souhaitent. Une initiative qui intéresse forcément les femmes entrepreneurs (???) Choisir, le nombre, l’heure. Pour la première fois, deux grandes sociétés, Apple et Facebook, vont proposer le remboursement des frais médicaux aux salariées qui souhaiteraient congeler leurs cellules reproductrices. Une initiative qui ne peut pas laisser insensibles les entrepreneures, bien souvent obligées de jongler entre les agendas familiaux et professionnels. «
22 Oct 2014
14057 consultations | 0 réponses
Kaciléo, comme certains autres recruteurs propose des entretiens via Skype et maintenant via un nouvel outil de vidéo en ligne. Ça vous surprend et ça vous dérange « tout de même un petit peu »….. On sait ! C’est moins facile et moins convivial que des entretiens en face à face, c’est certain, mais tellement plus simple si vous ne pouvez pas vous déplacer facilement. Mais ne vous « en faites pas » respectez certaines règles et tout se passera bien. (Soit dit en passant c’est compliqué aussi pour le recruteur). Et surtout préparez cet entretien qui suppose d’être
20 Oct 2014
8262 consultations | 0 réponses
Warren Berger, auteur de : A More Beautiful Question: The Power of Inquiry to Spark Breakthrough Ideas, a étudié des centaines de grands innovateurs du monde, des entrepreneurs et des penseurs créatifs pour apprendre comment ils posent des questions, des idées originales, et résoudre les problèmes. Ses écrits et ses recherches sur les questions et l'innovation est apparu dans Fast Company, Harvard Business Review, et Wired. Son livre précédent, Glimmer, était une analyse en profondeur de la pensée créative qui a été nommée l'une des Business Week "Meilleure Innovation &
16 Oct 2014
7750 consultations | 0 réponses