Facebook Twitter Google+ Viadeo
Home > Kaciléo#magRH

Votre plus grosse erreur ? Ne pas en faire !

08 Avr 2014
Recrutement

Plaidoyé pour l'erreur active

Personne n'aime faire des erreurs, encore moins au travail. Pourtant, les erreurs font partie de la démarche de toute entreprise innovante qui teste de nouvelles approches.

Quiconque refuse d'expérimenter et de prendre des risques de peur de se tromper est voué à se laisser distancer par des concurrents plus audacieux

Il ne faut pas avoir peur de commettre des erreurs, car ceux-ci sont souvent source de nouvelles idées. Il vaut mieux se tromper que de ne rien tenter par peur du changement.

Plutôt que de considérer l'erreur comme un échec, mieux vaut y voir une source d'enseignement. Il vaut toujours mieux apprendre de ses erreurs que d'éviter de prendre des risques et se laisser devancer par la concurrence.

Ceci dit, il faut exclure de cette affirmation l'erreur passive est celle qui résulte de l'omission. L'erreur passive est celle commise en choisissant de ne rien faire, par peur de semer le trouble ou de se tromper. Le nombre d'entreprises qui ont fait le choix de la passivité est incomptable, celles qui ont préféré se reposer sur leurs lauriers et ont vu leurs parts du marché se faire grignoter par des start-ups plus agiles ou des concurrents qui ont osé une approche originale ou qui ont misé sur un tout nouveau produit ou service.

Quand on oublie le développement de la technologie et les attentes des consommateurs.

Dans l'industrie du divertissement, quantité de magasins de location de vidéos ont été sacrifiés sur l'autel de la modernité à l'arrivée des services de vidéo à la demande. Ces entreprises ont pêché en ne prenant pas la mesure du potentiel de développement stimulé par la technologie et les nouvelles attentes des consommateurs ; elles ont rapidement été dépassées par des start-ups dans l'air du temps aux offres bien plus attractives.

L'erreur active s'inscrit dans une volonté de changement

A l'inverse, l'erreur active s'inscrit plutôt dans une volonté de changement. Ces erreurs sont celles qui peuvent être commises lors de la mise en question de l'ordre établi, lorsqu'une nouvelle approche veut être testée.

Pour innover et se développer, une entreprise doit accepter le risque d'erreurs actives. Il est important que la direction encourage son personnel à ne pas se satisfaire du status quo; à prendre des initiatives quitte à accepter la part de risque. Et si les choses ne se passent pas comme prévu, ce n'est pas nécessairement un échec, mais plutôt une excellente occasion d'analyser ce qui a raté pour ne pas reproduire les mêmes erreurs.

Accepter la part de risque

Qu'il s'agisse de s'implanter sur un nouveau marché, d'expérimenter une nouvelle catégorie de produits ou d'adopter de nouveaux canaux marketing et réseaux de distribution, la prise de risque mesurée s'inscrit dans la démarche d'innovation commerciale.

Pour inciter les collaborateurs à expérimenter, les entreprises doivent instaurer une culture de l'audace et veiller à ce que l'exemple vienne de la direction. L'innovation et la créativité ne sont pas stimulées dans un environnement où l'on craint de faire des propositions de peur d'avoir des ennuis si les résultats diffèrent des prévisions.

Bien entendu, ça ne veut pas dire qu'il faut suivre aveuglément chaque nouvelle idée. Il s'agit plutôt d'avancer, lentement mais sûrement, de faire des tests, d'identifier les problèmes, et d'apporter les améliorations qu'il faut pour réunir les conditions de la réussite de l'initiative. Par la suite, il est crucial de toujours garder un œil sur ce qui fonctionne bien, ce qui fonctionne moins et d'en tirer des enseignements pour la suite.

Cultiver l'audace,éviter le statu quo

Certes, prendre des risques suppose une bonne dose de confiance en soi et d'optimisme (Apprenez l'optimisme) mais les entreprises ne doivent pas oublier qu'elles ont plus à perdre à ne jamais prendre de risque qu'à remettre en question leurs acquis et tester quelque chose de différent.

Les entreprises qui poursuivent leur petit bonhomme de chemin sans s'interroger risquent de manquer de formidables occasions de se développer parce qu'elles auront réagi beaucoup trop lentement aux évolutions notables du marché, aux nouvelles attentes ou aux pratiques de consommation changeantes, par exemple. Passer à côté de changements comme ceux-là peut coûter cher à une entreprise, en termes d'image de marque, de réputation et de parts de marché.

Défaut de curiosité touchent les plus grands

Il n'est qu'à regarder plusieurs grandes marques de téléphonie mobile qui n'ont pas su identifier les nouvelles technologies qui allaient révolutionner leur industrie, l'émergence des smartphones et l'adoption des terminaux grand public par les salariés, par exemple.

Par excès de condescendance vis-à-vis des attentes des consommateurs et défaut de curiosité et d'expérimentation de gammes de produits différentes, ces marques ont manqué des ventes et ouvert grand la porte à Apple, Samsung, etc. qui n'ont pas manqué de s'accaparer le marché.

Des exemples comme celui-ci soulignent l'importance pour les entreprises de ne jamais se sentir arrivées et de toujours chercher à se développer par la quête d'innovations, la pénétration de nouveaux marchés ou la volonté de satisfaire les nouvelles attentes des consommateurs. La plus grosse erreur pour une entreprise est de rejeter une idée originale pour la simple raison qu'elle pourrait ne pas marcher.

Autrement dit, on ne sait jamais de quoi on est capable tant qu'on n'a pas essayé.

Par Olivier Mathiot, Cofondateur de PriceMinister et Directeur marketing et communication de PriceMinister / Rakuten
Source : www.latribune.fr

Commenter

CAPTCHA ImageRenouveler le codeActiver le code de sécurité
Facebook Twitter Google+ Viadeo
Articles de blog récents
De plus en plus d’entreprises, généralement des start-up, adoptent un dress code plus décontracté. Un atout  tant commercial que salarial. Fini le traditionnel costume/cravate. Nombreux sont les patrons à adopter un look plus décontracté. Un changement d’image est un atout de vente et... de recrutement. Cette tendance, tout droit venue des Etats-Unis avec des entreprises telles que Google, Apple et autres Airbnb, gagne du terrain en France. Les « trublions du goût », Michel & Augustin, est l’une des premières start-up françaises à avoir arboré un look
20 Nov 2014
8464 consultations | 0 réponses
Je viens de lire l’article sur l’évolution de la fonction RH, intitulé : Pourquoi les RH d’aujourd’hui n’ont pas les compétences pour demain ? Il s’en suit une démonstration qui conclue que les fonctions RH ne sont pas à la hauteur de la tâche hautement stratégique qu'elles devront servir. Ce message je l'entends depuis toujours (25 ans) et la conclusion est toujours la même: mais enfin, mais comment c'est possible, ils n'y arrivent pas ! on va donc devoir se passer d'eux, à moins qu'ils ne changent et qu'ils intègrent les nouvelles technologies (ici le numérique,
12 Nov 2014
7637 consultations | 0 réponses
J'ai récemment été chercher un ami à l'aéroport, et dès qu’il me voit, il me dit avec enthousiasme : « Je viens de rencontrer, dans l’avion, la plus belle femme de la planète! » - « Jolie » ? « Elle s’appelle comment ? »  -- « En fait, je ne suis plus très sure…. »  - « Ok, qu’est-ce qu’elle fait dans la vie ? »  -- « Je ne me souviens pas » J'ai continué à poser des questions sur ce mystère « plus belle femme de la planète » jusqu'à ce que mon ami admette qu’en fait, il ne se rappelait pas franchement de la conversation et que,
12 Nov 2014
6414 consultations | 0 réponses
Toujours d'après la conférence du philosophe André Comte-Sponville (relayée sur le site de Maestrio) qui me plait décidemment beaucoup ... Et que je relaye à mon tour. " Les patrons me parlent de la baisse, voire de la disparition de la valeur du travail, notamment, chez les jeunes. Ce que je leur réponds alors, c'est que ce sont ces jeunes qui ont raison : Le travail n'est pas une valeur morale, c'est pourquoi il doit avoir un sens ! Lorsque j'ai écrit "Petit traité des grandes vertus" certains chefs d'entreprise sont venus me voir en me reprochant de ne pas y avoir inclus un
03 Nov 2014
15728 consultations | 0 réponses
C'est sur cette introduction que débute la conférence du philosophe André Comte-Sponville (relayée sur le site de Maestrio) auprès des étudiants d'Audencia -Nantes "Vous allez faire un métier très difficile puisque votre métier c'est ...de faire travailler les autres. Or, posez-vous la question : combien parmi vos collaborateurs (ou futurs collaborateurs) continueraient à travailler pour vous si, comme ce pizzaiolo récemment, ils gagnaient 60 millions d'Euros au loto ? Tendanciellement, la réponse est proche de zéro". Le travail est donc vécu comme une contrainte". Votre
03 Nov 2014
8703 consultations | 0 réponses
D'après l'interview de Tancrède Blondé. Apple et Facebook vont offrir la congélation des ovocytes aux employées qui le souhaitent. Une initiative qui intéresse forcément les femmes entrepreneurs (???) Choisir, le nombre, l’heure. Pour la première fois, deux grandes sociétés, Apple et Facebook, vont proposer le remboursement des frais médicaux aux salariées qui souhaiteraient congeler leurs cellules reproductrices. Une initiative qui ne peut pas laisser insensibles les entrepreneures, bien souvent obligées de jongler entre les agendas familiaux et professionnels. «
22 Oct 2014
14056 consultations | 0 réponses
Kaciléo, comme certains autres recruteurs propose des entretiens via Skype et maintenant via un nouvel outil de vidéo en ligne. Ça vous surprend et ça vous dérange « tout de même un petit peu »….. On sait ! C’est moins facile et moins convivial que des entretiens en face à face, c’est certain, mais tellement plus simple si vous ne pouvez pas vous déplacer facilement. Mais ne vous « en faites pas » respectez certaines règles et tout se passera bien. (Soit dit en passant c’est compliqué aussi pour le recruteur). Et surtout préparez cet entretien qui suppose d’être
20 Oct 2014
8261 consultations | 0 réponses
Warren Berger, auteur de : A More Beautiful Question: The Power of Inquiry to Spark Breakthrough Ideas, a étudié des centaines de grands innovateurs du monde, des entrepreneurs et des penseurs créatifs pour apprendre comment ils posent des questions, des idées originales, et résoudre les problèmes. Ses écrits et ses recherches sur les questions et l'innovation est apparu dans Fast Company, Harvard Business Review, et Wired. Son livre précédent, Glimmer, était une analyse en profondeur de la pensée créative qui a été nommée l'une des Business Week "Meilleure Innovation &
16 Oct 2014
7749 consultations | 0 réponses